Compétitions de trampoline : règles et défis

A son origine, le trampoline était utilisé pour perfectionner l’agilité dans les sports acrobatiques (gymnastique, patinage, plongeon) jusqu’à ce qu’il soit reconnu par le Comité International Olympique (CIO) comme une discipline à part entière. Défendu pour la 1ère fois aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, ce sacre a permis de structurer la pratique du trampoline dans des clubs dédiés.

La pratique du trampoline

Rattaché à la Fédération Internationale de Gymnastique, le trampoline figure parmi les 8 disciplines pratiquées dans les clubs de gym en France, dont la gymnastique artistique, rythmique ou encore le tumbling. Avec environ 15 000 licenciés, la France dispose d’une équipe nationale de trampolinistes qui suivent un entraînement de haut vol pour aller décrocher les médailles.

La sélection des meilleures athlètes est affichée dans un classement national et international. Le trampoline se vit donc au rythme des tournois et championnats parmi lesquels on distingue : les championnats de France, les championnats d’Europe et le les championnats du Monde qui sont les portes de la qualification aux JO.

Les règles en compétition

Les compétitions peuvent être réalisées en individuel ou en synchronisé (par équipe de 2 gymnastes) lors desquelles les athlètes doivent enchaîner 10 sauts consécutifs. Ils sont évalués sur la difficulté technique de la figure, l’esthétisme du mouvement, la fluidité des enchaînements, le rythme…Autant de critères qui ne laissent pas de place à l’improvisation car l’épreuve se joue en moins de 5 minutes.

Le trampoline en compétition est un sport intense qui concentre force, explosivité et résistance. En bas du rebond, les athlètes subissent jusqu’à 5G, une pression forte liée à l’accélération de vitesse. C’est pourquoi, certains astronautes et pilotes d’avion s’entraînent à sauter sur des trampolines afin d’y renforcer leur résistance.